Une fois le certificat de décès indiquant les causes médicales de ce dernier établi par le médecin,  la codification des décès est l'étape suivante du processus menant à l'élaboration des statistiques nationales des causes de décès.

Elle consiste en deux étapes :

  • l’attribution d’un code à chaque maladie, traumatisme ou cause externe de décès mentionné sur le certificat,
  • la sélection et la codification de la cause initiale de décès.
Systèmes de codage automatique

La codification détermine largement la qualité et la comparabilité internationale des données produites.

On observe cependant des différences de codage importantes entre les codeurs, que ce soit au niveau national ou entre les pays. C’est pour cette raison que de plus en plus de pays optent pour les systèmes de codage automatiques, comme le système Iris.

Ces systèmes facilitent beaucoup la mise en œuvre de la Classification internationale des maladies (CIM) dont la complexité augmente sans cesse. Le codage automatique ne supprime pas pour autant le travail des codeurs experts, toujours nécessaires pour traiter les cas complexes.

Dans ce contexte, le CépiDc de l’Inserm a été un des pays fondateur du programme de codage automatique Iris compatible avec la CIM et avec les systèmes de codages utilisés par la plupart des autres pays.

Les règles de sélection

Ces règles permettent au codeur de sélectionner une cause initiale en respectant le plus possible les informations rapportées par le médecin certificateur. La cause initiale mentionnée par le médecin sur le certificat peut être ambiguë, erronée ou ne pas répondre aux besoins statistiques.

Par exemple, le médecin peut :

  • mentionner plus d’une cause initiale (ambiguïté) ;
  • remplir le certificat à l’envers ou donner un enchaînement causal improbable (par exemple un infarctus à l’origine d’une grippe) ;
  • mentionner une cause initiale parfaitement acceptable, comme une dépression entraînant un suicide, mais la présentation des statistiques de mortalité selon la seule cause initiale privilégie la sélection de la cause externe (suicide) par rapport à la maladie (dépression).
Les règles de modification

Ces règles de modification de la cause initiale permettent de choisir la cause initiale de décès, même lorsque le certificat est mal renseigné, ou permettent de préciser le diagnostic.